Fantastiques!

Le voici, le voila, le tout beau, tout neuf nouvel opus dans la collection Mon Carnet de mythes et légendes: Créatures fantastiques, écrit par moi-même et illustré par le talentueux Sébastien Mourrain.

12 monstres et créatures à (re)découvrir en autant de fiches d’identité et de récits, histoire de frissonner délicieusement le soir au coin du feu. Ou le matin au bord de la piscine, c’est vous qui voyez…

Au programme: dragons, fantômes, loups-garous, zombies, manticore, golem, vampires, furies et, pour les plus hardis, la terrible Mami Wata!

Allez donc le feuilleter sur le site des éditions Fleurus. Vous m’en direz des nouvelles!

Princesses tous azymuts

IMG_20170324_191219

 

IMG_20170324_192628 IMG_20170324_191348

Dernier né avec 33 jeux mettant les princesses à l’honneur, mais pas n’importe lesquelles! Ces princesses viennent des quatre coins du monde, des quatre coins de l’histoire et des quatre coins de l’imaginaire (ca fait un tas de coins!). Vous trouverez ici des vraies princesses, des princesses de contes, des ninjas, des cheftaines, des fugitives, des brodeuses, des danseuses, des magiciennes…

Avec Peau d’Âne, Poucette, Anastasia, Ariane, Kaguya, Yennenga ou encore la Dame  à  la Licorne, ce sont des labyrinthes, des jeux de différences, des jeux de mots, d’ombres et des cherche-et-trouve qui vous attendent dans ce solide livre à spirale. Et en plus, il y a un feutre effaçable avec, pour pouvoir faire les jeux encore et encore…

Editions Auzou, collectif d’illustrateurs. En savoir plus sur le site de l’éditeur.

Bella Bologna

Un peu clinquant, le plafond de notre appartement?!
Un peu clinquant, le plafond de notre appartement?!

Cette année, je suis retournée à la Foire internationale du Livre Jeunesse de Bologne en tant que responsable des chroniques du magazine irlandais Inis. Le but était de faire le tour des éditeurs britanniques (et quelques américains diffusés de ce côté-ci de l’Atlantique) pour leur présenter notre travail, se rappeler à leur bon souvenir et leur dire tout le bien que l’on pensait de leurs bouquins.

Le résultat, ça a été une certaine quantité de Prosecco ingurgitée, quelques livres achetés à la librairie du salon (j’ai été TRES raisonnable), quelques auteurs célèbres croisés et embrassés (en tout bien tout honneur), des tas de cartes de visite échangées, et une liste infinie de belles choses vues sur les stands d’éditeurs du monde  entier ou sur le mur des illustrateurs.

En voici un échantillon. Régalez-vous!

 

Fan Girl

DSC_0533Bon, allez, je frime. En mai, l’excellentissime Frances Hardinge est venue à Dublin rencontrer des classes dans le cadre du International Literature Festival. Je suis une grande, grande fan de cette auteure dont les apparitions en public sont rarissimes.

C’était l’occasion de lui dire mon adoration pour ses fabuleux romans étranges, palpitants, drôles et poétiques, dont vous ne pouvez lire en français que Le Voyage de Mosca (Fly by Night en VO) dont ni le titre ni la couverture ne font justice à l’intérieur.

Si vous lisez l’anglais, ruez-vous sur A Face Like Glass ou son dernier en date The Lie Tree, ses meilleurs, à mon très humble avis. Et tant que vous y êtes, profitez-en pour lire mon entretien avec elle, réalisé pour le site de Children’s Books Ireland l’année dernière.

 

 

Disaster David

12642953_908689055866060_8774668597715318399_n

12593512_905854466149519_2972337063813122956_oJ’en parlais sans en parler l’année dernière, mais cette fois c’est la bonne: mon album Disaster David va voir le jour imminemment. Publié en anglais par les éditions Zangak de Erevan et bientôt en arménien, il est illustré ma-gni-fi-que-ment par Julie Grugeaux.

C’est l’histoire d’un jeune géant brise-tout (j’ai le même à la maison) qu’on envoie garder les moutons, là-haut sur la montagne, et qui revient avec un troupeau… pour le moins exotique.

Où il est question de se mettre dans les chaussures d’autrui, de moutons, d’ours, de tigres, de guerriers, de barbus et de pots de chambre…

Le corps humain comme si vous y étiez! (mais en moins beurk)

9782215156468Une nouvelle traduction qui vient de paraître: Le Corps humain à loupe de la talentueuse Maggie Li. On y suit les détectives du corps humain dans leur exploration de nos organes, nos os, nos cheveux, nos crottes de nez, bref le check-up complet!

Pour savoir à quelle vitesse on éternue, à quoi sert la peau, quel est le muscle le plus actif et pour observer tout ça à la loupe! (Publié aux Editions Fleurus)

Eux, C’est nous: entretien avec Jessie Magana

 

couv-eux-c-est-nous-19-octobreokEux, C’est nous, vous connaissez? Un petit bouquin de rien du tout mais au cœur grand comme ça? Un petit livre qu’ont signé de grands noms de la littérature (Daniel Pennac, Serge Bloch) et auquel ont participé une cinquantaine d’éditeurs jeunesse… Un petit livre pour dire halte à la désinformation et à la démagogie mal placée; pour dire, surtout, bienvenue aux réfugiés… Un livre réalisé bénévolement, qui s’est vendu à plus de 70 000 exemplaires et dont les bénéfices sont reversés à la Cimade.

Ce livre est en soi une aventure humaine et éditoriale dont vous pouvez découvrir les détails ici. Afin de la faire connaître aux lecteurs irlandais, j’ai rédigé un article paru dans le magazine Inis d’avril 2016, qui m’a conduite à interviewer plusieurs acteurs de ce livre.

photo-site-j.-maganaVoici dans son intégralité mon entretien avec Jessie Magana, co-auteure de la partie documentaire de Eux, C’est nous.

Comment l’aventure Eux, C’est nous a-t-elle commencé pour vous personnellement?
J’ai lu l’appel de Frédéric Lavabre dans Livres Hebdo et l’ai immédiatement contacté pour lui dire que je souhaitais participer à l’aventure. En tant que directrice de la collection “Français d’ailleurs” (Autrement jeunesse reprise par Casterman jeunesse), l’immigration est au cœur de mes réflexions depuis plus de dix ans. Ce qui se passe en Méditerranée fait donc particulièrement écho à mes engagements et je rejoignais Frédéric dans l’idée qu’il “fallait faire quelque chose”. Ensuite, les éditeurs se sont réunis et ont examiné différentes pistes avant de s’orienter vers cette formule hybride qui je crois a fait le succès du livre : un texte fort, une prise de position d’un grand nom de la littérature, Daniel Pennac, et des textes documentaires jeunesse, écrits par les deux spécialistes que nous sommes, Carole Saturno et moi. Je crois qu’il fallait à la fois “dire non” (une expression qui m’est chère), mais aussi déconstruire les représentations, ce que nous nous sommes attachées à faire.
eux-cestnous-ok-okDans un ouvrage qui a tant à dire sur les mots eux-mêmes et sur leur usage, le choix des 8 mots de la seconde partie a-t-il été difficile? 
Il est venu immédiatement, suite à une réunion de tous les éditeurs, au contraire, c’était comme une évidence. Il fallait trouver les mots qui permettent d’aborder tous les sujets et je crois que nous y sommes parvenues. Il a fallu ensuite faire preuve de concision et de précision : nous avions la chance de travailler avec non pas un éditeur mais quatre (ceux du comité éditorial), plus la Cimade qui nous a permis de préciser des notions juridiques ou des chiffres.
Comment s’organise une écriture à quatre mains sur un format aussi court?
Très simplement : quatre mots chacune, on écrit, on se relit, on réécrit, on se relit, on envoie aux éditeurs, ils nous font des suggestions, on réécrit, on se relit et on envoie ! Je crois qu’il est important de comprendre que ces textes ont été le fruit d’un intense partage, une oeuvre collective, forcément meilleure qu’une oeuvre individuelle car elle a concentré tous les talents de l’édition française.
Quels espoirs aviez-vous pour ce livre? Les a-t-il tenus?
Il les a largement dépassés ! Je n’imaginais pas un tel succès, vu le rejet de beaucoup de personnes vis-à-vis des immigrés et des réfugiés. Le soir du 13 novembre, en plus de la détresse provoquée par les attentats, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : notre livre est fichu, personne ne va vouloir acheter un livre en faveur des réfugiés. Et c’est exactement l’inverse qui s’est produit. Le livre est sorti le 20 novembre et il a immédiatement été en tête des ventes jeunesse.3156794386.2
Avez-vous eu des retours d’enfants et d’adultes qui ont utilisé Eux, C’est nous notamment en classe ou en bibliothèque?
C’est encore un peu tôt : quelques enseignants m’ont dit commencer à l’utiliser, je commence à être invitée à des rencontres, mais vu les retours que nous avons eus, je pense que c’est un outil dont les enseignants vont s’emparer. C’est un point de départ : il sème une graine. Ensuite bien d’autres livres permettent d’approfondir la question. Nous sortons une compilation de 5 titres de “Français d’ailleurs” et une nouvelle inédite chez Casterman en mars, une partie des bénéfices sera reversée à RESF. Le projet était sur les rails au moment du lancement de Eux, c’est nous et a été imaginé pour fêter les 10 ans de la collection. Car au-delà de l’émotion suscitée par l’actualité, il faut aussi se pencher sur l’histoire et comprendre que nous sommes déjà passés par là (ce que dit très bien le texte de Pennac, d’ailleurs) et qu’au lieu de nous affaiblir, l’arrivée d’étrangers nous a rendus plus riches, plus forts, plus humains.
PlancheS_51330
Dans votre expérience, le paysage éditorial français est-il plus ouvert? Ou bien est-ce une bataille pour faire accepter chaque nouveau titre?
Le paysage éditorial français est exceptionnel. Unique au monde. Il suffit d’aller à la foire de Bologne pour s’en rendre compte. Il y a de l’audace, du talent : les éditeurs savent prendre des risques et s’engagent. Ensuite, il y a une réalité économique : il n’est pas toujours facile de porter tous les projets. La collection “Français d’ailleurs” a tenu grâce à des subventions et est maintenant reprise par Casterman parce qu’il est important pour eux d’avoir ces titres engagés au catalogue. Mes documentaires sur le sexisme ou contre les préjugés sont parus soit chez des petites maisons engagées (Le Baron perché) soit chez des éditeurs engagés au sein de grands groupes (Syros, Actes Sud junior). Je lance une collection de romans pour ados chez Talents Hauts en septembre intitulée “Les héroïques”, c’est un pari pour cette éditrice déjà très engagée contre le sexisme mais qui souhaite élargir sa ligne. Ce n’est donc pas un combat mais une aventure risquée, partagée avec des éditeurs remarquables, prêts à faire leur véritable métier de découvreurs de talents et d’agitateurs d’idées.

 

Pour combattre le blues de la rentrée…

tb1_jpg__936743
… rien de mieux qu’une histoire ravigorante dans les pages de votre mensuel!

toboggan-rentree-classe-septembre-2015Première parution presse, dans Toboggan, fière! Cliquez donc pour feuilleter le mag et lire le début de Atchoum c’est la rentrée! où il est question du malheureux Nils, qui serait bien resté en vacances lui aussi!

(Avec Marie-Elise Masson aux pinceaux).

Vous reprendrez bien un peu de Confettis?

9782092558423 9782092558416

 

Et voici non pas 1, mais 2 nouveaux tomes dans la série qui fait s’agiter les zygomatiques des lecteurs à partir de 8/9 ans!

Des poneys, du foot, des super-héros, des globe-trotters, des cornflakes à la poudre explosive… Que demander de plus?!

Et toujours la talentueuse Hélène Canac aux crayons…

Pour tout savoir sur Carton Rouge, c’est ici. Et par là pour Poney Party!

A comme Auteur

Capture_d_ecran_2015-01-26_a_15-47-23Il y a quelques mois, l’excellente et salvatrice Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse (“la Charte” de son petit nom) a publié un Abécédaire écrit par des auteurs et illustrateurs jeunesse, pour les auteurs et illustrateurs jeunesse, sous la direction experte d’Alice Brière-Haquet, elle-même, vous l’aurez deviné, auteure jeunesse.

26 lettres, près de 40 contributeurs, et un paquet de conseils en tous genres: de la soumission de manuscrit aux droits, en passant par l’hébergement lors des salons, les sujets tabous, la ponctuation ou le bon usage du trait noir.

 

Votre humble serviteuse a proposé une entrée pour X…

comme l’inconnue

Soit X l’inconnue. Quand on se retrouve au point crucial et qu’on est coincé, quand on ne sait pas comment continuer ou finir, le mieux à faire, c’est de reprendre au début. Pas de tout recommencer mais simplement de relire. La solution se niche souvent dans les premières lignes du texte : vous voyez cette métaphore que vous pensiez gra- tuite ? Ce personnage cité mais non exploité ? Cette apposition qui n’est là que pour la rime ? Réfléchissez donc pour voir si vous ne pouvez pas en tirer quelque chose. Rien ne se perd, tout se crée…

Le plus beau, c’est que l’abécédaire est fait pour être lu, partagé, transmis et il est donc gratuit et disponible ici! Faites tourner!

Chasseurs de dinos

919KdzRr3EL 91FYj47NCpL

Vu la forte concentration de fanatiques de dinos chez moi, quand on me propose de traduire un livre sur les “terribles lézards”, je ne peux pas, pour des raisons et éthiques et pour la paix des familles, refuser. A fortiori quand il est en fait question de non pas un, mais deux ouvrages, et que chacun est accompagné d’un squelette de saurien à assembler.

Le 7 mai prochain sortent donc, traduits par mes soins, dans la collection Chasseur de dinos, T-Rex et Stégosaure. Je vous mettrai les photos de nos efforts paléontologiques. Envoyez-moi les vôtres!

Et de cent

BONHEUR-DP5

Aujourd’hui, c’est le centenaire du génocide arménien, et je n’ai toujours pas écrit le livre que je me promets d’écrire depuis longtemps maintenant. Celui où s’entremêlent récits horribles, légendes familiales, questions sans réponse, le tout ficelé par le fil ténu de la transmission et de l’espoir.

Tous les deux ou trois ans, je m’y remets. J’invente de nouvelles structures, réfléchis à nouvelles approches, prépare de nouvelles recherches. Mais ça ne dépasse jamais le stade des notes.

Il y a une autre histoire que je pourrais partager aujourd’hui. Une histoire rigolote, une légende hors norme, celle de David de Sassoon, un petit géant trop fort pour son bien, et dont les exploits résonnent encore dans les contes arméniens. Le seul problème, c’est que je n’ai pas le droit, pas encore. Si tout va bien, vous aurez bientôt des nouvelles de David la Tornade.

Alors, il me reste Manoug, le grand petit héros d’A la Recherche du bonheur, une histoire qui suit le fil de la curiosité, de la découverte et au final, de l’espoir aussi. Et je dis bien Manoug, pas Alexandre ni Gabriel comme l’ont rebaptisé la première édition américaine et l’édition brésilienne. Car Manoug n’est ni un conquérant ni un ange, c’est, comme son nom le dit en Arménien, un enfant.

Manoug voyageait depuis presque un an. À chaque nouvelle contrée qu’il découvrait, il pensait: “J’ai trouvé!”, mais toujours Cocagne lui répondait: “C’est vrai… et ce n’est pas vrai”.

Le petit voyageur finit par se demander si le pays tant recherché existait vraiment. Mais l’aventure l’amusait tellement!

Pourtant, de plus en plus souvent, il pensait à Grand-Papa loin là-bas et il songeait que, peut-être, atteindre le Pays du Bonheur n’était pas aussi important que cela.

Je vous laisse décider, chers lecteurs!

(Extrait d’A la Recherche du bonheur, illustré par Eric Puybaret, éditions Auzou, 2008)

Vous saurez tout

Il fait beau, il fait pas-froid, le printemps est là et l’Agence Confettis fait des lecteurs heureux. Ecoutez voir…

Sur Esprit-livre, on se réjouit des aventures des AnnivExperts: “Les crayonnés expressifs, les thèmes modernes et l’écriture dynamique font de ces courts romans d’excellents petits objets littéraires !”

Chez Lirado, on approuve aussi: “La bonne humeur de l’Agence confettis est communicative et la lecture se révèle des plus agréable. On se laisse séduire par l’ambiance festive et on s’attache à nos jeunes héros du jour.”

Du côté de LivresAdos, on saisit bien mes motivations profondes: “Un livre bonbon pour les jeunes lecteurs !”

Et sur Esprit-livre encore, vous pouvez lire mes réponses aux questions envoyées par les élèves d’un Club Lecture du côté de Versailles…

Extra Excideuil!

10537953_389616734554328_5335561124792371358_o-2

C’est toujours un plaisir d’aller faire ma curieuse dans les classes, mais cette fois c’était forcément spécial. La plupart de mes visites se déroulent ici en Irlande, dans des bibliothèques, des centres culturels et des écoles en tous genres: petites, grandes, pour filles, pour garçons, pour les deux, à la campagne, en ville, avec ou sans uniforme (le plus souvent avec)… Mais toujours en anglais et presque toujours pour parler de Mad Cap.

Du coup, pour ce voyage périgourdin, j’ai fait quelques préparations particulières. J’ai chaussé mon meilleur français, ressorti mes Tirligok, étrenné des Agence Confettis et repris le chemin de l’école de la république…

… où j’ai pu voir des choses que je ne vois plus depuis longtemps: des leçons de grammaire aux murs (ici, ça n’existe pas), de l’écriture cursive de compétition sur le tableau noir (ici on se contente d’attacher des lettres en script), une cantine (et pas de “lunchbox”!) où on utilise les mêmes ustensiles de service que quand j’étais en primaire… Aussi exotique qu’un voyage dans le temps!11080743_406042276245107_5829406498109855873_o

Et figurez-vous qu’en Dordogne, on n’a peur de rien, même pas des Affreux qui rôdent autour de Tirligok. On sait écrire des histoires rigolotes, des histoires effrayantes, des histoires très étranges, des histoires avec des super héros, des bébés maléfiques, des génies pas doués et j’en passe…Un grand bravo et un grand merci à Félicien, Logan, Jade, Jorice, Gurvan, Mahérose, Elouan et tous les autres de l’Ecole Elémentaire d’Excideuil! Tout pareil à vos maîtresses qui n’hésitent pas à sacrifier les leçons les plus amusantes (par exemple sur le COI) pour vous lire un tas de livres. Et re-itou à l’infatigable Florence de la librairie la Pomme et la Plume pour tout!

10922286_406042186245116_3467189715403048986_o

Avis aux explorateurs et naturalistes en herbe!

6123cKMN3+L
91vcCR+HXpLCe printemps-ci sortent chez Fleurus deux documentaires informatiforigolos que j’ai eu le plaisir de traduire. Les deux sont écrits et illustrés par Maggie Li, qui a un chouette coup de pinceau, frais et dynamique.

Petites Bêtes à la loupe est plein d’infos sur les bestioles qui peuplent nos jardins, nos campagnes et nos fonds de poubelles. Tandis que En voyage! Le tour du monde de ville en ville propose de découvrir les secrets d’incroyables cités et de leurs habitants.

 

Concours!

AC_CV_TOME2 AC_CV_TOME1_Petite poignée de confettis pour fêter l’arrivée en librairie des deux premiers tomes de l’Agence Confettis!

Laissez-moi un commentaire ici ou sur FaceBook pour tenter de les gagner tous les deux avec une pitite dédicace de derrière les fagots en prime…

Vous avez jusqu’au mardi 31 mars, minuit, l’heure du crime! Alors commentez, partagez et si vous voulez ajouter un de vos meilleurs/pires souvenirs d’anniv’, n’hésitez pas!

🙂

World Book Day !

WBDAujourd’hui, partout où on lit des livres jeunesse en anglais et peut-être ailleurs aussi, c’est World Book Day, la journée mondiale du livre. Les festivités sont variées et plus ou moins délirantes: il y a des quiz, des carnavals, des lectures, des recommandations livresques aéroportées, des fresques géantes, des voyages en train à vapeur et j’en passe. Tous les moyens sont bons pour fêter les livres et la lecture-plaisir!

Cette année, dans notre école, c’est costumé. Libre à chacun de s’habiller comme son personnage ou écrivain préféré. Après avoir bidouillé une souris (clin d’oeil à Enormouse d’Angie Morgan) et un Spider-Man light (chaussettes, gants qui traînaient dans les armoires et un chapeau à yeux fait maison), j’ai juste eu le temps de me déguiser à mon tour en auteur jeunesse.

DSC_0144Quoi, c’est de la triche?

(Le lecteur attentif notera l’arrivée en encre et en papier de certains héros qui feront, c’est sûr, matière à déguisement dans les années à venir…)

C’est grave docteur?

BookClinicCBI_0 Depuis l’année dernière, je me suis lancée dans une nouvelle carrière: la médecine. Régulièrement, un samedi matin ou un dimanche après-midi, je revêts ma blouse blanche, j’emporte ma mallette bourrée à bloc et je me rends à la visite.

Mes patients sont parfois nombreux. Ils sont de tous âges et ont des problèmes variés:

– Docteur, j’ai lu tous les Harry Potter, qu’est-ce que je peux lire maintenant?

– Docteur, j’ai adoré Le Journal d’un dégonflé, qu’est-ce que vous me conseillez?

– Docteur, que recommandez-vous à mon grand garçon qui a du mal à faire la transition entre albums et romans?

– Docteur, je déteste les livres, je suis là à cause de ma grand-mère/ma petite soeur/le destin, quand est-ce que je peux partir?

– Docteur, vous ne connaîtriez pas un bon livre sur les princesses/le pot/l’Egypte ancienne/One Direction?

2014-10-04 12.59.44Depuis presque un an, je suis “Doctor”, “Book Doctor”. Les cliniques, organisées par Children’s Books Ireland, ont lieu dans divers endroits, dans tous les coins d’Irlande: supermarchés, salons d’horticulture, festivals littéraires, bibliothèques, grands magasins, musées… Des lieux pas forcément en rapport avec les livres, de façon à pouvoir toucher le plus grand nombre de “patients”: des enfants, mais aussi des parents, des grands-parents, des enseignants, etc. tous en quête du livre (jeunesse) qui leur ouvrira, un jour, les portes de la lecture.

Roulement de tambour pour… l’Agence Confettis!

AC_CV_TOME1_ AC_CV_TOME2Fini les cachoteries! Il est temps de lever le voile sur le gros projet qui m’occupe à temps quasiment plein depuis plus d’un an: l’Agence Confettis!

Il s’agit d’une nouvelle série de romans pour les 9-11 ans, illustrés par la talentueuse et rigolote Hélène Canac et publiés chez Nathan en mars.

L’Agence Confettis, c’est Elliot, Léa, Ninon et Scarlett, quatre copains dégourdis qui sont prêts à tout pour organiser des fêtes d’anniversaire d’enfer. Une cliente hyper pénible? Une mission top-secrète? Des rois de la fête ennemis jurés? Un manque intergalactique de fruits déguisés? Pas de panique! Impossible n’est pas Agence Confettis!

Les tomes se lisent dans n’importe quel ordre, mais pourquoi ne pas commencer par Les AnnivExperts dans lequel vous saurez tout sur la naissance de l’Agence Confettis (et sur les pustules de sorcière). Enchaînez donc ensuite avec Surprise! pour découvrir les malheurs d’Ava-Pas-de-Bol et les secrets de Ninon pour obtenir du popcorn à vie.

La suite, ce sera en juillet, avec 2 autres tomes palpitants, hilarants, foudroyants, poil aux dents!

Hippolyte, humble vainqueur

P1030443Hourra! SOS Dinos en détresse a reçu le Prix du Livre Numérique Jeunesse des Bibliothèques Municipales de Grenoble! Naturellement, notre héros, Hippolyte Résoutout était ravi d’avoir gagné. Malheureusement, comme il était coincé sous un truc lourd (sans doute un Argentinosaurus, mais c’est difficile à dire vu par en dessous), il n’a pas pu assister à la cérémonie. Il a cependant réussi à faire parvenir un petit mot à Claire Gaudriot et Claire Chavenaud (respectivement éditrice et illustratrice de ses aventures) qu’elles ont pu lire à la remise des prix:

« J’ai gagné ! J’ai gagné ! Faut dire aussi, je suis génie et un champion olympique de Rubik’s Cube. C’est pas pour me vanter, mais ça fait plaisir quand même ! Je tiens à remercier mon Cerveaux Fortiche qui me rend si génial et aussi Mère Nature qui doit bien y être pour quelque chose et mon assistante Gladys qui m’a toujours soutenu. »

Moi, je remercie tout le monde: Audois & Alleuil, les deux Claire, et Grenoble!

Plus d’infos sur le Prix, ici.

Oliver en vadrouille

10801676_10153099565033385_7995976718772604924_n Belle surprise cette semaine, dans ma boîte aux lettres: l’arrivée de l’édition arménienne de mon Oliver Twist, illustré par Daniela Volpari et initialement paru chez Auzou. Depuis sa sortie, Oliver a fait escale aux États-Unis, en Australie, en Argentine, au Mexique et en Galice! C’est, avec A la Recherche du Bonheur (illustré par Eric Puybaret, Auzou), mon titre le plus traduit. Yééé!!IMG_20150128_121854

Ecriture à 50 mains

DSCF2425DSCF2439DSCF2424DSCF2438En décembre dernier, “notre” école primaire m’a invitée à rendre visite aux Senior Infants, c’est-à-dire grosso modo à l’équivalent irlandais des CP-CE1. A ce stade, les enfants ont entre 5 ans 1/2 et 6 ans 1/2, ils savent déjà bien déchiffrer (voire carrément lire pour certains) et se débrouillent bien en écriture (même si l’orthographe est souvent phonétique). Le défi de leur faire écrire leur propre histoire en une heure était quand même de taille. Sans compter qu’à deux semaines de Noel et une de la pièce de fin d’année, les troupes étaient pour le moins excitées et volatiles.

Qu’à cela ne tienne, l’auteur jeunesse en visite a toujours plus d’un tour dans son sac (ou dans sa trousse). J’ai donc inventé une histoire rien que pour eux, dans laquelle j’ai laissé des trous qu’ils ont dû eux-mêmes combler. Ainsi, ils ont choisi par tirage au sort un des trois héros possibles (une princesse). Ensuite, après un brainstorming et un vote, ils l’ont nommé (Pixie). Enfin, ils ont collé le dessin dudit héros au bon endroit sur la page. Sur chaque feuille de Canson coloré, ils avaient quelque chose à faire: placer les personnages, coller les étoiles dans le ciel nocturne, faire tomber la neige (à renfort de boules de coton), coiffer notre héroïne d’un chapeau, baptiser les deux adjuvants (Rex le dino et Max le chat), etc.

La trame venait de moi et une partie des images provenaient de mes albums, mais tout le reste, c’est le travail, l’énergie et l’enthousiasme de ces Senior Infants qui l’a accompli. Alors, bravo à eux!

Le vivre-ensemble

Easter Children's Books - A Bus Called Heaven by Bob GrahamHonnêtement, ce billet était plus facile à écrire en anglais. C’est pour ça que j’ai commencé par là, sur mon blog anglichophone, ici. Vus d’ici, les événements de Paris ont semblé à la fois très lointains et très intimes. Impossible de ne pas se sentir concerné et en même temps étrange de constater que beaucoup de gens, de journaux, de pages FB parlaient de tout autre chose: de leurs vacances, de la météo…

L’heure n’est sans doute plus à l’analyse des émotions ni même des faits, mais plutôt à la décision et à l’action: qu’est-ce qu’on fait maintenant? Pour moi, comme toujours, la réponse passe par des livres. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais quand on y pense, des kalachnikovs contre des dessins et des livres contre des kalachnikovs… Je reste dans le ton.

L’un des commentaires les plus marquants et les plus justes que j’aie lus sur la marche du 11 janvier était celui-ci: “À mes enfants: l’espoir du vivre-ensemble est là”. Parce qu’au-delà de la liberté de la presse, de celle de penser et de croire (ou pas), c’est bien ce qu’il s’agit d’établir et de défendre à tout prix: le vivre-ensemble.

Alors, inspirée par les excellents articles (en anglais) de Zoe Toft et Sita Brahmachari recommandant des livres comme Persépolis de Marjane Satrapi, Parvana de Déborah Ellis ou encore Ma soeur vit sur la cheminée d’Annabel Pitcher, je vous propose à mon tour un début de liste de titres susceptibles d’entretenir des sentiments de tolérance, d’acceptation et de respect d’autrui. Des livres, aussi, qui dépaysent et qui rappellent, tout simplement, que tout le monde ne fait pas les choses de la même façon partout.

Le Goût de la vanille, de Bob Graham. Un bel album à partir de 4 ans où la douceur, la chaleur et le caractère inclusif des images épousent parfaitement ceux de l’histoire. L’image ci-dessus est tirée de A Bus Called Heaven, de Bob Graham également, non traduit en français.

Faire de Gita Wolf, un objet magnifique où les actions quotidiennes les plus simples sont éclairées d’un jour nouveau par un simple changement de continent. 3+

J’ai le droit d’être un enfant, d’Alain Serres et Aurélia Fronty, une version lumineuse et percutante des droits de l’enfants définis par l’ONU. 5+

Le garçon qui voulait devenir un être humain, de Jorn Riel. Voyage, aventure et poésie, avec des ours polaires en bonus. 10+

Kiffe-Kiffe demain, de Faiza Guène. Une banlieue qui n’a rien de paradisiaque, mais dans laquelle une héroïne à la langue bien pendue parvient à trouver l’espoir de “kiffer demain”. 12+

Couscous Clan de Guillaume Guéraud. Même décor que le précédent, mais avec l’irruption du monde du cinéma et d’une certaine idée de la culture. Clash et fous rires garantis. Grands ados.

Bien sûr, ce n’est qu’une toute petite, petite liste. Les sites Ricochet et Enfantilingue, par exemple, proposent eux aussi une sélection d’ouvrages pour tous les âges sur le thème de la tolérance et de “l’altérité” (cliquez sur les liens pour y accéder directement). Ce dernier site, par ailleurs, est une mine pour tous ceux qui ont un enfant (ou un adulte!) bilingue dans leur vie, avec son vaste catalogue de livres multi- ou monolingues de l’Albanais au Zoulou.

Alors, allez-y. Lisez et partagez. Le vivre-ensemble commence aussi par là.

13eme Foire aux Tandems

bicyclette-tandem-avec-des-oiseaux-d-amour-vecteur-29169365C’est qu’on en a fait des kilomètres depuis la première d’à l’époque…

Cette fois, c’est chez Charlotte Jouenne que ça se passe. Le principe est toujours le meme. Auteur en quête d’image, illustrateur en quête de mots? Envoyez le tout à Charlotte qui s’empressera de tout mettre en vitrine et hop, emballez c’est pesé vous n’aurez plus qu’à faire votre marché de collègues.

Tous les détails sont ici. Mais on se presse, vous avez jusqu’à vendredi!

Ravalement

2013-12-10 09.01.13Je profite du calme (relatif) avant la tempête qui s’annonce (on en reparle) pour remettre le site à jour. C’est point du luxe, il avait vraiment besoin d’un nettoyage de la cave au grenier.

En attendant, il y a des nouveaux titres, des liens cassés, du bien, du pas top, du ah-oui-tiens et des je-l’avais-oublié-celui-là. Merci de votre patience (et mille excuses aux hôtes félins que le remue-ménage dérange…)

SOS Dinos en détresse

 

1410913_258335630957863_538691737_oEt hop! Un livre numérique tout beau tout chaud, fait exprès rien que pour les écrans. Vous y trouverez des dinos, des vélos, des histoires de culottes et de Rubik’s cube et il y aura des choses à secouer, souffler, activer, écouter, regarder et, pourquoi pas, lire.

Bref, Claire Chavenaud l’illustratrice, les “développeurs” Audois&Alleuil et moi-même on a bien rigolé. A votre tour maintenant!

SOS Dinos en détresse est disponible en français et en anglais.

007